A quand notre indépendance ? ( Par Serigne Mbacké Ndiaye )

A quand notre indépendance ? Certains hommes politiques Sénégalais ont tendance à toujours mêler les Français et les Autorités françaises à nos problèmes internes. De la même manière, certains hommes politiques peut-être nostalgiques d’un passé à jamais révolu, tentent souvent de nous donner des leçons de morale, de patriotisme ou de démocratie alors qu’ils sont eux-mêmes incapables de les appliquer pour eux et chez eux. Nous n’avons aucun complexe devant les occidentaux quand nous parlons de démocratie ou de Droits de l’Homme. Le tout est de savoir de quels Droits nous parlons. Pour moi il s’agit de Droits basés sur nos valeurs, notre culture, notre Histoire, notre religion, que nous soyons musulmans, Chrétiens, Animistes ou autres. Nous avons subi des siècles d’esclavage, de colonisation, de néo-colonialisme, ce qui n’est pas à l’honneur de l’Occident. Malgré tout, l’Afrique est là, debout, combattive et représente l’espoir de l’Humanité. Rappelons que la République Léboue avec son Grand Serigne, ses Jaraafs, Ndey ji Reew, Ndayi Jambur, Frees etc… a existé avant la Révolution française de 1789 qui marque l’organisation actuelle de l’État français. Ceci a amené certains historiens à dire que les français ont recopié l’organisation de la République Léboue. Vrai ou faux, ce n’est pas le débat. Le débat est de montrer que nous n’avons pas de leçon à recevoir des français, même pas de De Gaule qui, acculé par Hitler a été sauvé par l’Afrique et ses Tirailleurs Sénégalais, même pas de De Gaule disais-je, encore moins de Macron, l’Homme par qui les Gilets Bleus sont venus, lui qui a embrasé aujourd’hui les rues de Paris, lui qui a été élu dans les conditions que nous savons avec un score « très honorable. »Tout ceci pour dire que les Sénégalais ont le droit d’être pour ou contre une troisième candidature du Président Macky Sall. Mais seuls les Sénégalais ont ce droit. Pas les français qui collaborent étroitement avec Sassou Nguesso au Congo, Nguema en Guinée Équatoriale, Eyadema au Togo. La liste est longue. Que chacun s’occupe de ses affaires et le monde s’en portera mieux. Mais cette ingérence de Macron ne diminue en rien la responsabilité des hommes politiques sénégalais que nous sommes, nous qui faisons toujours appel à eux.
Cheikh Anta Diop a toujours lutté contre cette dépendance. Mamadou Dia a prouvé son patriotisme et son opposition à cette dépendance. Me Waldiodio Ndiaye qui a prononcé ce fameux discours de la place Protêt en 1958 avait clairement pris position contre cette dépendance. Le Président Abdoulaye Wade en renvoyant les bases militaires françaises, en voulant « nationaliser »la Sonatel a marché sur cette voie.
Alors que Macron essaie de gérer ses crises, de sauver ses meubles mais que nous Sénégalais, soyons jaloux de notre indépendance et sur tous les plans.
Président de la Convergence Libérale et Patriotique ( CLP ), Serigne Mbacké Ndiaye

A propos Lapolitique 7241 Articles
Rédacteur