Résultats des législatives 2022 : Ensemble ! privé de majorité absolue, percée de la Nupes et du RN

Au soir du 2nd tour des élections législatives, Ensemble ! n’obtiendrait qu’une majorité relative à l’Assemblée nationale. La Nupes arrive en seconde position, devant le Rassemblement national (RN). Réactions, analyses, carte des résultats par commune et département… Vivez le second tour des élections législatives 2022 avec nous.

20 h 37 : [RÉSULTATS] Les résultats de la majorité présidentielle

– Dans le Loir et Cher, le ministre de l’agriculture Marc Fesneau a été réélu avec un peu plus de 55 % des voix. Olivier Dussopt, le ministre du travail l’emporte lui aussi dans l’Ardèche.

Christophe Castaner, figure du camp présidentiel, a été battu dans les Alpes-de-Haute-Provence. L’ancien ministre de l’intérieur échoue à conserver son siège, réunissant seulement 48,51 % des voix contre son adversaire Nupes, Léo Walter, vainqueur avec 51,49 % des suffrages.

Richard Ferrand, autre figure du parti présidentiel, trébuche également. Le président sortant de l’Assemblée nationale a reconnu sa défaite. Il n’est pas parvenu à se faire réélire dans sa circonscription du Finistère dont il était député depuis 2012.

– La ministre de la santé, Brigitte Bourguignon, a été battue par sa concurrente RN Christine Engrand dans la sixième circonscription du Pas-de-Calais, a reconnu son entourage. La ministre, qui devra quitter le gouvernement selon une règle réaffirmée par l’Élysée, a été distanciée de 56 voix par Christine Engrand.

– Le nouveau ministre des solidarités, Damien Abad, qui était jusqu’à son entrée au gouvernement patron du groupe des députés LR a en revanche été réélu avec 57,86 % des voix dans l’Ain.

► 20 h 28 : [ÉDITO] La France éclatée

Selon les premières estimations disponibles ce soir, le vote des Français prive le président Macron du contrôle de l’Assemblée.

À LIRE ↓

► 20 h 25 : [RÉACTION] Gabriel Attal, ministre délégué chargé des comptes publiques, admet sa déception

« C’est loin de ce qu’on espérait. » Interrogé sur le plateau de TF1 sur les résultats d’Ensemble !, Gabriel Attal, ministre délégué chargé des comptes publics, a admis sa déception. Il a évoqué une situation « inédite » qui va « imposer » au gouvernement de « dépasser ses certitudes et les clivages afin de trouver la stabilité nécessaire pour agir »,malgré son incapacité à rassembler une majorité absolue. Il a toutefois souligné qu’aucune autre formation politique n’était parvenue à rassembler le nombre fatidique de 289 députés.

► 20 h 21 : [ANALYSE] L’extrême droite au Parlement

Il s’agit de la troisième fois que l’extrême droite sera en capacité de former un groupe à l’Assemblée nationale. En 1956, ce fut le cas des poujadistes (9 % des sièges pour le Groupe d’Union et Fraternité Française, dont le benjamin Jean-Marie Le Pen). Puis en 1986 des lepénistes du Front national (6 % des sièges), dans le contexte de l’application de la représentation proportionnelle. Avec 15-16 % des sièges, malgré un scrutin majoritaire à deux tours, le Rassemblement national franchit un nouveau cap, avec déjà en ligne de mire pour Marine Le Pen l’élection présidentielle de 2024.

► 20 h 19 : [RÉACTION] Le RN se réjouit de ce « tsunami »

Réagissant à la percée du Rassemblement national, qui pourrait envoyer jusqu’à 100 députés à l’Assemblée nationale, Jordan Bardella s’est félicité de ce « tsunami » qui offre à son parti une « très belle percée que nous n’avions jamais réalisée ». « Je veux dire une immense merci aux Français qui ont permis cette vague bleu marine. Le peuple français qui rentre à l’Assemblée massivement fait d’Emmanuel Macron un président minoritaire », a jugé le président par intérim du parti d’extrême droite.

► 20 h 17 : [ESTIMATIONS] Aucun institut de sondage ne prévoit de majorité absolue pour Emmanuel Macron

L’union de la gauche aura bel et bien réussi à priver Emmanuel Macron de la majorité absolue, qui nécessite 289 députés. D’après une estimation Harris Interactive X Toluna pour M6/RTL, la Nupes obtient entre 170 et 198 sièges, tandis qu’Ensemble ! devrait se contenter de 210 à 240 sièges. Selon Ipsos-Sopra-Steria pour France Télévisions, qui donne des estimations au siège près, la gauche obtient 156 sièges, contre 218 pour le parti présidentiel. Opinion Way pour Europe 1 et CNews estime que la Nupes et les candidats divers gauche rassemblés obtiendraient entre 160 et 200 sièges, tandis qu’Ensemble ! raflerait entre 200 et 260 sièges.

L’autre fait marquant est la progression historique du Rassemblement national, qui aurait réussi à faire élire entre 60 et 100 députés d’après Opinion Way et entre 82 et 102 pour Harris Interactive x Toluna. Ipsos-Sopra-Steria estime à 89 le nombre de députés du RN victorieux.

→ À LIRE. Faut-il redouter une majorité relative à l’Assemblée ?

► 20 h 12 : [LES RÉPUBLICAINS] Effondrement historique de la droite

Cinq ans après les élections législatives de 2017, celles de 2022 marquent une nouvelle étape dans la crise de la droite française, avec seulement 78 sièges (sur 577) selon la projection en sièges d’Ipsos-Steria pour France Télévisions. Alors que Les Républicainsconstituaient le premier groupe d’opposition en 2017 (100 sièges), la droite n’en sera désormais que le troisième, derrière la gauche et l’extrême droite. Le conseil stratégique de LR, lundi, puis son bureau politique, mardi, risquent de voir s’opposer partisans et adversaires d’un rapprochement avec Emmanuel Macron.

► 20 h 08 : [MARINE LE PEN] La candidate du RN réélue dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais

Selon les estimations d’Harris Interactive x Toluna pour M6 et RTL, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen a été largement réélue (62,1 %) devant la candidate de la Nupes Marine Tondelier dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais.

► 20 h 06 : [EXTRÊME DROITE] Progression historique du Rassemblement national

Si la campagne des élections législatives s’est polarisée autour de l’affrontement entre le centre et la gauche, le Rassemblement national (RN) va désormais former le deuxième groupe d’opposition à l’Assemblée nationale, que devrait présider Marine Le Pen, avec 89 députés selon la projection en sièges d’Ipsos-Steria pour France Télévisions.

Au premier tour, déjà, l’extrême droite avait progressé en voix comme en pourcentage des suffrages exprimés : 24,2 % (dont 18,6 % pour le RN) contre 14,7 % (dont 13,2 % pour le FN) il y a cinq ans.

► 20 h 04 : [MAJORITÉ RELATIVE] Selon Ipsos-Steria, Ensemble ! obtiendrait 218 sièges

La coalition macroniste Ensemble ! obtiendrait une majorité relative de sièges (218 sur 577) selon la projection en sièges d’Ipsos-Steria pour France Télévisions. La première ministre, Élisabeth Borne, est elle-même élue dans la 6e circonscription du Calvados. Juste derrière, la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) formera désormais la première opposition à l’Assemblée nationale.

► 20 h 03 : [ÉLISABETH BORNE] La première ministre élue de justesse

La première ministre Elisabeth Borne l’emporte face à la coalition de gauche. D’après l’estimation d’Ifop-Fiducial pour TF1 et LCI, Les Indés et Sud Radio, elle obtiendrait 52 %des voix dans la 6e circonscription du Calvados, contre 48 % pour son adversaire de la Nupes, Noé Gauchard, avec une participation de 49,9 %.

► 20 h : [RÉSULTATS] Pas de majorité absolue pour Ensemble !

Ensemble ! n’obtient pas de majorité absolue, selon les estimations Ifop-Fiducial pour TF1 et LCI. Entre 210 et 250 députés de la coalition macroniste seraient élus à l’Assemblée nationale selon la projection en sièges, juste devant la Nupes (entre150 et 180 députés) qui devient la première force d’opposition à l’Assemblée.

LeRassemblement national, qui jusqu’à maintenant ne représentait que 5 députés sur 577, obtiendrait entre 80 et 100 sièges.

Les Républicains et ses alliés sont derrière, avec 60 à 70 députés. Les groupes divers droite (7 à 12 sièges), divers gauche (4 à 8) et divers (10) suivent. La droite souverainiste obtient un siège.

► 19 h 45 : [TÉMOIGNAGES]Dépouillement des urnes, « j’avais envie de voir ce que ma petite voix devenait »

« Un moyen de contribuer à la vie démocratique », « quelque chose de très important »… Alors que les bulletins sont déjà en train d’être dépouillés dans certains bureaux de vote, des citoyens ont raconté à La Croix leur expérience de scrutateurs lors de précédents scrutins.

19 h 35 : [ENJEU] Majorité absolue ou relative ?

Emmanuel Macron va-t-il conserver la majorité absolue à l’Assemblée nationale qu’il avait obtenue en 2017 ? C’est l’enjeu du second tour pour le groupe Ensemble !, qui, pour la garder, doit faire élire 289 députés. Cela correspond à la moitié de l’Assemblée et un député. En dessous, on parle de majorité relative.

Une majorité absolue est indispensable pour conduire les réformes annoncées. Une majorité relative obligerait le président à rechercher en permanence le soutien d’autres groupes politiques pour approuver les projets de loi.

19 h 30 : [AMBITIONS DIVERSES]Ensemble ! et la Nupes au centre des enjeux du second tour

Au soir du second tour, les ambitions des partis sont variées : alors que la coalition présidentielle vise la majorité absolue à l’Assemblée, la Nupes espère former une opposition la plus large possible et le Rassemblement national a pour objectif de former un groupe parlementaire (15 députés minimum) – ce qui ne lui est plus arrivé depuis 1986.

À LIRE ↓

► 19 h 15 : [CALENDRIER]Quels seront les premiers pas de la nouvelle Assemblée nationale ?

Les députés feront leur rentrée à l’Assemblée nationale le 20 juin au Palais-Bourbon. La première séance publique, au cours de laquelle les députés procéderont à l’élection du président de la chambre, se tiendra une semaine plus tard, le 28 juin. Coup d’envoi des travaux législatifs, la déclaration de politique générale de la première ministre Élisabeth Borne (à condition qu’elle soit élue ce dimanche dans sa circonscription du Calvados) aura lieu le 5 juillet.

19 h : [ANALYSE] Les 10 candidats à suivre au second tour

Les ministres Amélie de Montchalin et Clément Beaune en difficulté, l’ex-candidat communiste à la présidentielle, Fabien Roussel, talonné par un candidat du Rassemblement national (RN), ou l’icône de la grève des femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles, Rachel Keke (Nupes), en passe d’être élue à l’Assemblée… La Croix a sélectionné dix candidats à suivre pour le second tour des élections législatives.

À LIRE ↓

► 18 h 45 : [DÉBAT] Faut-il redouter une majorité relative à l’Assemblée ?

La coalition présidentielle pourrait n’obtenir qu’une majorité relative à l’Assemblée nationale ce soir. Une situation qui l’obligerait à rechercher une coalition avec d’autres partis ou à négocier des compromis au cas par cas. Mais elle pourrait aussi se traduire par une instabilité plus grande, comme sous les IIIe et IVe Républiques. Faut-il s’en inquiéter ?

→ DÉBAT. Faut-il redouter une majorité relative à l’Assemblée ?

► 18 h 30 : [RÉCAP’] Participation à 17 heures, estimations… Ce qu’il faut savoir

L’Ifop estime l’abstention pour le second tour des élections législatives, ce dimanche 19 juin, à 54 %. Trois points de moins qu’il y a cinq ans, où elle avait atteint 57,36 %, un niveau jamais atteint sous la Ve République.

À 17 heures,la participation s’élevait à 38,11 %, selon les chiffres du ministère de l’intérieur. Un nombre en hausse par rapport à 2017 (35,33 %).

♦ À l’image de Justine Benin, la secrétaire d’État à la mer, apparentée Modem, la majorité a été sèchement battue en Guadeloupe comme en Martinique. Si peu de candidats de la Nupes l’ont emporté, trois députés élus étaient soutenus par la coalition de gauche et devraient logiquement venir gonfler les rangs de son groupe dans l’hémicycle.

► 18 h 30 : [CARTE] Les résultats dans votre ville en direct sur le site de La Croix à partir de 20 heures

Bienvenue dans ce direct consacré au 2nd tour des élections législatives 2022. Dès 20 heures, vous retrouverez les premières estimations, suivies des analyses de nos journalistes ainsi que les principales réactions politiques.

La Croix

A propos Lapolitique 3986 Articles
Rédacteur

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire