Sonko remonte dans les sondages…Macky sort l’artillerie

Macky ne lâche pas son 3e mandat…il lance l’offensif contre Sonko

2024 est désormais sur les lèvres de tous les leaders politiques. A quinze mois de la présidentielle, c’est le branle-bas de combat dans les états-majors politiques. Opposition comme pouvoir veulent prendre le pouvoir en 2024. Le combat entre Ousmane Sonko et Macky Sall sera l’attraction de cette joute électorale. L’actuel locataire du Palais ne veut pas lâcher son trône doré. Et le patriote en chef veut coûte que coûte le déboulonner. Leur rivalité vient de prendre une nouvelle tournure car le lion endormi s’est réveillé…

Ousmane Sonko est le principal opposant au régime de Macky Sall. Depuis que Idrissa Seck a rejoint Benno Bokk Yakaar, le leader du parti des patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF) est porté à la tête de l’opposition. A travers ses prises de positions atypiques, il a réussi à nouer une véritable relation avec une partie de la jeunesse. En quelques années, Sonko est devenu une véritable menace pour le pouvoir en place. Il a fallu l’affaire Sweet Beauty, dans laquelle il est accusé de viol, pour voir son ascension ralentir.

sonko

 

 

 

 

 

Alors que cette affaire peine à être vidée , Sonko reprend sa place dans les sondages. Il continue de viser le fauteuil de Macky Sall. Pour y arriver, il a restructuré son parti. Beaucoup de nouvelles têtes ont rejoint Pastef. Ne se limitant pas en si bon chemin, l’édile de Ziguinchor a abandonné sa mairie pour se lancer dans une tournée nationale. L’objectif de ce «Nemekou Tour» est d’arriver à convaincre le maximum de sénégalais pour qu’ils votent pour son parti. Mais ce sera sans compter sur la ténacité du chef de l’Etat. Macky semble plus que déterminé à garder le pouvoir.

Tel un lion affamé, le patron de Benno a sonné la fin de la récréation. Macky Sall a sorti l’artillerie lourde pour contrer Ousmane Sonko. Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Xibaaru, le secrétariat exécutif national de l’Alliance pour la République annonce le placement de 1 500 000 cartes de membres, sur toute l’étendue du territoire et de la diaspora. Ce qui permettra à Macky et à ses hommes d’occuper un terrain large face à un Sonko qui monte en puissance. Cette stratégie, si elle fonctionne, permettra à l’Apr de pouvoir contrer Pastef sur le plan national mais aussi international.

Et Macky Sall ne va pas lésiner sur les moyens pour placer ces cartes. Avoir plus d’un million de cartes placées ne veut pas dire gagner des élections. Cela, Macky Sall le sait. Raison pour laquelle il est en train de mobiliser ses troupes pour battre campagne. Mieux, Macky met toutes les chances de son côté. Avec le départ de Mimi Touré, il a besoin d’hommes de confiance pour cheminer avec eux. Alors, le chef de l’Etat est allé chercher ses anciens collaborateurs comme Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye ou Mame Mbaye Niang. Ce groupe forme le nouveau gouvernement de combat de Macky.

macky

 

 

 

 

Cette disposition semble identique à celle que Benno avait adoptée pour les locales et les législatives. Malgré les moyens colossaux en place, Macky et ses camarades ont eu du mal à faire face aux assauts de l’opposition. Alors, cette nouvelle stratégie risque d’être moins concluante. Et Macky en sera le principal responsable. Le chef de l’Etat semble être dans les dispositions de briguer un autre mandat. Mais tout le monde sait que les Sénégalais ne veulent pas que Macky soit au pouvoir en 2024. Alors s’il s’entête dans ce sens, il risque d’être humilié. Mais le locataire du Palais pourrait entraîner le pays dans un spirale de violence sans fin.

D’ailleurs, cette détermination des sénégalais poussent Sonko à espérer que 2024 est déjà gagné d’avance. Mais le leader de Pastef doit vite descendre de son nuage. Macky Sall ne le laissera pas dérouler son agenda comme bon lui semble. Si on en croit une certaine presse, 1000 hommes et du matériel sophistiqué seraient mobilisés pour scruter les tournées nationales de Sonko.

Sous haute surveillance, il n’a pas intérêt à commettre le moindre faux-pas. Si Sonko échappe à ce «piège», il risque de se retrouver face au bloc Khalifa Sall-Karim Wade. Dans tous les cas, Macky jouera une dernière carte avant de rendre le pouvoir. Alors Sonko est loin d’être…le cinquième président de la République.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

A propos Lapolitique 5254 Articles
Rédacteur
%d blogueurs aiment cette page :